En accord avec la cellule de crise de l’EERV et avec les autorités municipales, une petite équipe des ministères de la solidarité lausannoise a mis sur pied un accueil de jour pour les sans-abri et les personnes migrantes, en utilisant des locaux paroissiaux suffisamment spacieux pour respecter les prescriptions sanitaires de lutte contre le Covid-19

3 lieux ont été retenus :
• Salle de paroisse de La Sallaz, rte de Berne 97, 1010 Lausanne.
Salle d’environ 70 m2

• Salle de paroisse et Eglise de St-Laurent, Place St-Laurent, Lausanne.
Salle d’environ 70 m2, Eglise 90m2

• Salle de paroisse et Eglise de Bellevaux, rte Aloys Fauquez 21, 1018 Lausanne.
Salle 90m2, Eglise 90 m2

Il a été possible de considérer ces lieux comme des lieux d’accueil social, accueil en fonction de la taille des salles, en comptant environ 4m2 par personne pour respecter les distances, soit au maximum en simultané:
– 15 personnes dans la salle de La Sallaz
– 15 pers. dans la salle de St-Laurent + 15 dans l’église
– 20 pers. dans la salle de Bellevaux + 20 dans l’église

Nous avons mis sur place une entrée échelonnée à distance et un poste de désinfection des mains à l’entrée.
Les abris de nuit d’urgence ont joué le jeu, en distribuant aux usagers des « cartons d’invitation », spécifiant le lieu et l’horaire pour leur accueil.

Horaire
Dimanche 29, lundi 30 et mardi 31 mars, 11h30 – 16h.
Accueil en 2 phases, 11h30 – 13h30 et 14h – 16h

Collaborateurs
3 personnes se partageaient la responsabilité de l’accueil sur chaque site : des pasteurs ou diacres de l’Eglise réformée accompagnés d’un-e bénévole.
Ces personnes sont âgées de moins de 65 ans, en bonne santé et sans problème de santé chronique.

Perspectives
Avec l’accord de Monsieur Oscar Tosato (que nous remercions chaleureusement pour l’occasion), cette expérience d’une solidarité vécue malgré les contingences et au-delà des peurs a pu être rééditée dans le seul lieu de Saint-Laurent durant la semaine sainte, du samedi 4 avril au jeudi 9.

 

Témoignages de bénéficiaires:

  • Habib: « C’est le seul lieu d’accueil de jour durant cette semaine où nous avons froid le matin…J’ai été touché par la gentillesse du personnel et des bénévoles…J’ai pu faire une sieste dans l’église, parce que je dors mal la nuit dans la salle de gym du Bugnon, il y a beaucoup de monde. C’est une période difficile avec ce virus: c’est un combat que nous menons aussi, je me sens plus fragile…Mais ici je me suis senti en sécurité! »
  • Samael: « J’arrive de France, où j’ai fui le confinement. Moi je suis un vrai solitaire et ce matin, j’avais besoin d’un coin pour faire le vide autour de moi, le silence parle beaucoup. Donc j’ai fait une halte à l’église pour une prière, j’aimerais que mon pays d’origine me fasse justice… Et puis après j’ai vu qu’il y avait un accueil à la salle en-dessous de l’église et j’ai pu recevoir un café et un petit moment d’écoute qui m’a fait du bien! »