L’étranger est toujours dans une situation précaire.

Le Premier Testament et Jésus après lui n’ont cessé de remettre au centre des préoccupations l’immigré.

En effet, déjà à ces époques on voyageait… pour des raisons politiques ou économiques, en particulier. L’étranger était donc à accueillir et parfois même aussi à protéger.

L’EERV s’engage aussi dans cet accueil: dans les différentes régions du Canton et une présence est offerte sur le plan cantonal, des manifestations sont organisées, des accompagnements (en lien avec le CSP et l’EPER) sont mis en place.

Voyez les sites spécifiques :